Ordre des ingénieurs du Québec
 
Il est très facile de se mettre en situation de pratique illégale, même de bonne foi. Lorsque vous utilisez, en référence à votre diplôme, la mention B. ing. ou M. ing., sans pour autant être membre de l’Ordre, vous êtes en situation de pratique illégale. Si vous adoptez un comportement qui peut laisser croire que vous êtes ingénieur, sans être membre de l’Ordre, vous faites également de la pratique illégale.
 
Voici quelques exemples fréquents de pratique illégale auxquels vous pourrez faire face et des conseils pour éviter les pièges. 
 
  • Sans supervision d’un ingénieur – Vous êtes étudiant en génie et votre ami vous demande de l’aider à fabriquer un bras bionique qui sera prochainement commercialisé. Bien que vous pensiez avoir toutes les connaissances pour réaliser ce travail sur les plans des génies mécaniques, logiciels ou autres, vous ne pouvez le faire, car vous n’êtes pas membre de l’Ordre.
Notre conseil – Vous devez agir sous la supervision immédiate d’un ingénieur, car les actes de génie sont réservés aux seuls ingénieurs et ingénieurs juniors supervisés par un ingénieur, à moins que vous soyez vous-même supervisé par un ingénieur.
 
  • Usurpation du titre – Vous commencez un nouvel emploi et votre superviseur vous assigne le titre d’ingénieur ou ingénieur jr dans l’organigramme de l’entreprise ou sur la liste d’employés. Votre employeur ne connait certainement pas la Loi sur les ingénieurs!
Notre conseil – Bien que ce ne soit pas votre erreur, vous devez, dès que vous vous en apercevez, en informer les personnes responsables (souvent les RH) pour corriger la situation. Sinon, cette erreur pourrait amener des clients, employés ingénieurs à l’interne, etc., à se questionner sur une usurpation de titre possible. 

Comment éviter de faire de la pratique illégale
Retrouvez d’autres exemples de pratique illégale en visionnant la vidéo « La pratique illégale chez les étudiants en génie : mieux vaut prévenir ».