Ordre des ingénieurs du Québec
 

Hors série 1 - Hiver 2016

Profitez de mars, Mois national du génie, pour participer à de nombreuses activités consacrées à l’ingénierie qui se dérouleront dans de nombreuses villes du Québec et ailleurs au pays. À cette occasion, Ingénieurs Canada vous invite à visiter le site Mois national du génie afin de découvrir des portraits d’ingénieurs inspirants.
Huit étudiants de Polytechnique Montréal, de l’Université Concordia, de l’Université McGill, de l’UQAM et de l’ÉTS organisent le 18 mars à 19 h un spectacle-bénéfice afin de venir en aide à des milliers d’enfants syriens, réfugiés dans les pays limitrophes pour fuir la guerre.

Jihane Ajaja, ing.jr, étudiante en troisième année de doctorat en génie mécanique à Polytechnique Montréal coordonne ce spectacle-bénéfice au profit de la Fondation des Enfants Syriens.

Hors série 1 - Hiver 2016

Le mois de mars compte pas moins de 25 journées mondiales dédiées à un thème particulier, dont les plus connues sont le 8 mars, la journée internationale des droits des femmes, le 20, celle de la francophonie, le 22, celle de l’eau.

Mais saviez-vous que le 25 mars est la journée mondiale de la procrastination? Cette journée a été célébrée la première fois en 2010.
En 2011, lorsqu'elle remporte le premier Prix universitaire du mérite, Martine Blouin était en 3e année au baccalauréat en génie biomédical à Polytechnique Montréal. Ce prix, arrivé à point nommé, lui a permis d'entreprendre sereinement sa maîtrise en génie des technologies de la santé à l'ÉTS. Cinq ans après avoir remporté cette prestigieuse récompense, Méning.es a voulu savoir ce qu'était devenue l'heureuse lauréate.
De lauréate d’un Prix universitaire du Mérite 2013 à ingénieure junior

En avril 2013, Myriam, alors étudiante en génie électrique à l’Université de Sherbrooke, s’est vu décerner le 3e Prix universitaire du Mérite de l’Ordre.
 
Obtenez une carte-cadeau de 100 $ en échange de votre participation à une séance photos d'une heure à Montréal le lundi 21 mars, dès 17 h.
Valentin Kassarnig, un étudiant de l'Université du Massachusetts aux États-Unis a créé une machine capable de produire des discours politiques grammaticalement corrects et bien organisés selon l’appartenance politique du locuteur.